Le petit-fils du chef de communauté haredie SDF, mais fier d’être soldat

Publié par

Yitzchak Tuvia Weiss

PS : notre propos n’est pas ici de poser un jugement de valeur sur la façon d’être des parents et grands-parents, ni le choix des enfants, pour qui l’amour d’Israël (Ahavat Israël) prend le pas sur le service du Ciel, l’un n’allant sans doute pas sans l’autre… Faire communauté, c’est savoir comment aménager la jurisprudence et trouver à chacun le statut qui correspond le mieux à ses goûts et aptitudes. Comme le recrutement forcé serait une erreur, empêcher un jeune de s’identifier au destin d’un pays reconquis après deux mille d’Exil relève, en effet, d’une forme de « folie », générée par l’autisme relatif propre à un milieu « fermé ». De même, l’amour de l’étude ne devrait être réservé qu’à ceux qui en ressentent l’attrait et l’aptitude, souvent depuis le plus jeune âge, quitte à « dégraisser le Mammouth » des Yeshivot, pour ceux qui n’y trouvent qu’un refuge commode leur permettant d’échapper aux dures réalités de la vie, comme y incite le Rav Haïm Amsallem, du Parti Zehout, liberté et identité

Le petit-fils du chef de la « communauté Haredi » Badatz s’enrôle dans l’armée israélienne – et se fait expulser de la maison

Les pensées considérées comme « hérétiques » ont commencé à flotter à un jeune âge, puis Shalom Weiss a épousé une mineure – et est passée par la voie de l’exemption de recrutement qui consiste à faire semblant d’être fou. Mais les pensées ne se sont pas arrêtées – ni le fort désir de s’enrôler dans l’armée. Pour résultat, le fils de l’une des familles les plus puissantes parmi les factions les plus dures du secteur haredi (ultra-orthodoxe), s’est retrouvé sans abri – mais accueilli par une nouvelle famille

Kobi Nachshoni , Attila Shumpelby

Publié: 13.01.21, 19:36


Shalom Weiss n’est pas seulement une recrue ultra-orthodoxe, mais un membre d’une famille aristocratique – l’une des plus importantes parmi les factions les plus extrêmes du secteur haredi : il est le
petit-fils du rabbin Yitzchak Tuvia Weiss, le dirigeant principal (GAVD) de la cour ultra-orthodoxe (à Mea Shearim) ) – et petit-fils du rabbin Shimon Weiss, chef du prestigieux système de kashrut de la communauté (Badatz).

Il y a environ six mois, et contrairement à tout ce qu’on lui avait inculqué, Weiss a décidé de s’enrôler dans l’armée israélienne, et par conséquent a été expulsé de chez lui et a rompu ses liens avec sa famille et communauté d’origine. Cette décision s’est également accompagnée d’un processus de remise en question, au terme de laquelle il a laissé derrière lui sa carrière musicale, en tant que chanteur recherché dans les cercles «zélés» (pieux) dans lesquels il a grandi – à laquelle il a substitué un effort pour percer dans le domaine de la musique appartenant à son nouvel univers, également.

+ 1,7 millions de vues: les stars du réseau palestinien sont allées harceler les ultra-orthodoxes à Anvers

Les pensées de Weiss sur « l’hérésie », qui a maintenant 20 ans, ont commencé à l’adolescence. Comme c’est de rigueur et conforme aux pratiques dans les communautés fermées de ce type, ses éducateurs se sont empressés de le marier à une mineure, afin de le maintenir dans le cadre socio-religieux. Cela n’a pas tellement bien fonctionné, Weiss et sa femme se sont ensemble remis en question et ont récemment divorcé.

«J’ai grandi dans une famille ultra-orthodoxe extrèmement rigoureuse», a déclaré Weiss dans une interview avec le studio Ynet. « J’ai toujours voulu m’enrôler, mais j’avais peur de ne pas savoir comment le faire et quoi faire. »

Il dit que dans le secteur dont il est issu, il est d’usage d’obtenir une dérogation de l’armée sur un motif de santé mentale: « Jouer comme si on était vraiment fou, faire un sketch devant un psychiatre privé puis dans un bureau, et c’est comme ça qu’on obtient une exemption pour motif de maladie mentale. »

Bonjour Weiss - hier et aujourd'hui

Weiss a également suivi le processus. «J’étais inquiet, au cas où ils acceptaient quand même de me recruter», admet-il. « Mais c’était un rêve. J’ai toujours dit que je voulais me sacrifier pour le pays et que je voulais servir. » Ce sacrifice a coûté cher : la séparation complète de sa famille. « Ils ne sont plus du tout en contact », dit-il, ajoutant qu’après avoir opté pour ce mode de vie, il y avait encore des proches qui sont restés en contact avec lui, « mais dernièrement, ils ont rompu ces contacts, il n’y a plus personne, parce qu’ils ont réalisé que cela se produisait vraiment (que c’était irréversible). »

J’ai erré dans les rues pendant six mois

Weiss s’est trouvé dans une solitude complète. De l’état de famille nombreuse qui l’entourait, il se retrouve sans personne. «C’est terriblement difficile de ne pas savoir comment contenir ce sentiment de rejet et quoi faire ensuite», dit-il. « Nous sommes tous jeunes, sans expérience de la vie, mais essayons de tout gérer. Il n’y a vraiment pas de famille, personne à qui parler, personne pour confier ce qui m’arrive et ce que je vis. »

Shalom Weiss en tant qu'ultra-orthodoxe

Après avoir été désavoué, il a erré seul à Eilat pendant près de six mois, sans endroit permanent pour dormir. «J’ai erré dans les rues, comme ça, jusqu’à ce que je rencontre l’association« Doers » par l’intermédiaire d’un ami. C’est très difficile de vivre sans famille. Mais une fois que j’ai connu l’association, j’ai réalisé qu’il y avait vraiment des gens qui m’aiment comme je suis – peu importe ce que je fais dans la vie Dans chaque décision que je prends.

L’association a été fondée par Aharon Granot , connu comme «le père des soldats ultra-orthodoxes», ceux qui n’ont pas de domicile où retourner. Granot gère des appartements dans tout le pays, qui abritent des dizaines de soldats ultra-orthodoxes et anciens ultra-orthodoxes. Parfois, les parents dont le mode de vie a prédominé sur eux pendant des années, ont en fait été réconfortés par le fait que leur fils a décidé de servir dans l’armée israélienne contre leur volonté. .

« Il y a plusieurs centaines de gars en Israël avec des histoires comme celle-ci, sinon plus », raconte Granot à Ynet. « Nous les récupérons. Certains d’entre eux viennent nous voir avant le recrutement, les soi-disant Mashavim – comme Shalom et autres. «Au-delà de la préparation au recrutement, nous leur achetons aussi tout le matériel et bien sûr leur donnons un logement, une forme de famille, tout ce dont ils ont besoin, et continuons à les accompagner plus loin, pendant la période du service, comme un père qui accompagne ses enfants.

« L’armée ne peut pas fournir un père clé-en-main »

Granot se consacre donc simplement à eux. En tant que parents: « Ils ont un foyer où retourner, un foyer d’où ils partent également; nous leur rendons visite dans les bases, nous sommes en contact avec leurs commandants, et le samedi et les jours fériés, ils sont avec nous. Même après avoir terminé le service, les adultes restent avec nous. Personne ne vient les chercher, alors ici Ils sont soutenus, ils sont préparés aux études, ils reçoivent une bourse de subsistance. « 

Shalom Weiss après s'être interrogé sur le père des soldats, Aharon

Granot n’a pas choisi les soldats: « Nous avons des ultra-orthodoxes qui s’occupent de ceux qui deviennent moins observants comme des plus rigoureux – et même ceux qui deviennent complètement laïques. Je ne suis pas le gendarme de Dieu, chacun fait ce qu’il veut. L’armée, d’ailleurs, fournit également de très beaux appartements pour les soldats isolés, « Je ne peux pas fournir un père, je ne peux pas fournir une enveloppe familiale, quelqu’un qui se lève le matin et envoie l’enfant. à l’école ou à l’armée ».

Granot lance maintenant un projet de financement participatif pour ouvrir des appartements ailleurs: «Lorsqu’un soldat va servir et sait qu’il y a quelqu’un qui pense à lui, qu’il n’a nulle part où aller, et qu’il y a quelqu’un qui prend soin de lui et appelle ses commandants – son service est meilleur. Nos soldats ont payé le prix le plus élevé. Ce droit de servir dans l’armée israélienne.

ynet.co.il

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s